L'écoblanchiment - l'utilisation d'allégations environnementales inexactes ou exagérées - devient de plus en plus une question clé pour les acheteurs professionnels. Les certifications de durabilité sont un moyen de lutter contre l'écoblanchiment - mais seulement si elles sont crédibles. Niclas Rydell, Director à TCO Development, partage avec vous quelques points clés sur ce qu'il faut rechercher dans un écolabel crédible.

"L'écolabel peut être un très bon outil pour lutter contre l'écoblanchiment", déclare Niclas Rydell. "Mais il existe aussi des labels qui contribuent à l'écoblanchiment. Il peut s'agir de labels propres à l'industrie, ou de labels indépendants qui ne rassemblent pas suffisamment de preuves pour étayer leurs affirmations."

Alors, qu'est-ce qui fait un écolabel crédible ?

Que faut-il faire pour s'assurer qu'un écolabel n'entraîne pas d'écoblanchiment et que les allégations qu'il formule sont fiables et crédibles ? Niclas Rydell identifie les caractéristiques clés suivantes :

  • Critères : pertinents, réalistes, holistiques, vérifiables.
  • Preuve : assurer la conformité aux critères
  • Suivi : conformité assurée pendant toute la durée de validité d'un certificat
  • Transparence : comment un label rend-il compte des impacts qu'il crée ?

Critères

Les critères du label écologique doivent être pertinents pour le produit auquel il est attribué. Ils doivent également être réalistes : ils ne doivent pas être inutilement difficiles ou faciles à atteindre. Cela aide les acheteurs à prendre des décisions en connaissance de cause sur les produits qui offrent réellement les avantages qu'ils prétendent offrir.

Les labels écologiques doivent être holistiques, c'est-à-dire couvrir l'ensemble du cycle de vie d'un produit. Et les labels de durabilité doivent inclure des aspects sociaux aussi bien qu'environnementaux, tels que des conditions de travail équitables. Enfin, les critères doivent pouvoir être vérifiés.

"Il devrait être possible de vérifier tous les critères qui sont fixés. Les critères impossibles à vérifier ne devraient pas être utilisés dans un écolabel crédible", déclare Niclas Rydell.

Un écolabel peut ne pas avoir la valeur que vous espériez si ses critères sont dépassés ou non pertinents, par exemple si les critères incluent des aspects insignifiants d'un produit. Les méthodes d'essai qui comportent tellement de lacunes que n'importe quel produit pourrait les franchir nuisent également à la crédibilité d'un écolabel. Niclas Rydel